Et on se rencontre???

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez mowgouaille sur Hellocoton

jeudi 25 août 2016

J'ai essayé d'être contre le port du burkini

J'aurais pu faire un article d'opinion... Souvent c'est ce que je fait quand je suis très énervée. 

Mais que va t-il se passer?  Toi qui est pour l'interdiction du burkini, tu vas arriver avec tes petits doigts propres et ton clavier et tu vas me donner ton opinion, on  va discuter et tout le monde va rentrer chez lui en traitant l'autre de "con".

Donc j'ai réfléchi. Ça m'arrive pas souvent tu noteras. Et j'ai décidé, d'arrêter d'être emportée et d'être neutre. Disons que je remets en jeu mon titre, et que je te laisse la possibilité de me convaincre.

Bon je ne suis pas tout à fait débile, je sais que tu ne peux pas me parler là, en direct, donc je suis allé chercher les arguments des maires. Et j'ai essayé avec toute mon intelligence et ma bonne foi (mauvais jeux de mots je te l'accorde) d'y réfléchir un peu.

Donc voilà j'ai taper "arguments contre le port du burkini" et très vite j'ai trouvé des articles. Et voici la liste des arguments que j'ai trouvé.

I Argument I

"le burkini trouble la quiétude publique"


Bon alors là, j'étais un peu embêté car je n'ai pas trouvé d'argumentations pour lesquels il trouble la quiétude publique... Bon. Donc j'ai cherché ce que voulait dire le trouble à la quiétude publique". Je ne pensais pas trouver cela mais j'ai trouvé des textes de loi là dessus, se ramenant à l'ordre publique. Donc voilà ce qu'il y a écrit:


"Si la notion est évidente lorsque le trouble provoque un danger ou une restriction des libertés des autres citoyens, elle est beaucoup plus floue lorsqu'il s'agit d'une nuisance à la quiétude.
Il peut s'agir :

Ok. Donc je reprends. "Une personne seule", ok, là ça marche. "Commets des actes ou tiens des propos déplacés"

 Donc je vois une dame qui est juste un peu plus couverte que les autres et qui joue avec son fils dans l'eau. Moi perso, il n'y a pas si longtemps, je suis allé à la plage à Lille, j'avais oublié mon maillot, je me suis baignée avec mon jean et mes cheveux étaient coincés dans un foulard parce que j'avais chaud, personne  ne m'a fait chier. 

Là, elle n'est pas ivre, elle ne s'exhibe pas, n'a pas l'air de faire plus de bruit que les vagues, et ce n'est pas la nuit donc... Bon. Je ne comprends pas cet argument.

Argument refusé. 

 II Argument II


"Les préceptes religieux ne doivent pas se substituer à la République"

Alors j'avoue que je n'ai pas tout de suite compris cette phrase en regardant la photo du dessus. Je me suis dit alors "Je ne dois pas avoir la bonne définition de la république". Alors j'ai cherché dans le dictionnaire.

Politique
Forme de gouvernement ayant une constitution et dont les représentants du peuple sont élus par celui-ci pour une durée déterminée. 

Bon comme il y avait écrit sens 1, je me suis dit "il y a peut être un sens que j'ignore..."
Alors j'ai cherché un autre sens à république.. Et je n'ai pas trouvé. Alors j'ai cherché ce que ça voulait dire. Ici, cette femme sur la plage:
  • Elle ne fait pas partie du gouvernement
  • Elle n'est pas élue (bon, je ne pense pas...)
  • Ne représente en aucun cas la république (elle n'est pas fonctionnaire en action, n'est pas garante des valeurs de la république...)
Donc, je ne comprends pas 

 Argument refusé.

 III Argument III

"Le burkini est une déclinaison de la burka et du bikini, c’est le signe extérieur d’un principe religieux. Il va à l’encontre du respect de la laïcité et de la féminité".

Bon. Quand j'ai lu ça, ça m'a un tout petit peu énervé je t'avoue. 
Soit c'est un signe extérieur religieux. Mais dans la constitution française on peut, sur la voie publique s'habiller et s'exprimer sur ce que l'on veut du moment qu'on ne port de tord à personne. Sinon tu arrêtes tous les témoins de jéhova qui viennent sonner à ta porte pour te parler de Dieu le dimanche matin à 7h45 alors que tu as fait la fête avec Gérard la veille et que tu n'as pas tout à fait éliminé les mojitos qui dorment  encore au fond de toi... Je redonne donc la définition de la laïcité:

« Conception et organisation de la société fondée sur la séparation de l'Église et de l'État et qui exclut les Églises de l'exercice de tout pouvoir politique ou administratif, et, en particulier, de l'organisation de l'enseignement"

Dans la définition, il n'est pas noté "la rue" ou même "la plage". Donc, si je veut planter une croix de 8m de haut sur une plage, j'ai le  droit.  Du moment que je la ramène chez moi après. Sinon on peut aussi arrêter toutes les femmes qui posent en bikinis sur la plage avec une énorme croix tatouée dans le dos... ça marche aussi...

Ensuite, "il va à l'encontre de la féminité", alors là mon gars, je vais m'énerver. D'abord, la féminité se réfère aux codes sexués que la société choisie. Donc la représentation féminine de la société est inculqué très jeune aux enfants. C'est eux les meilleurs représentants de l'image féminine. Malheureusement, on voit déjà ce que ça donne:

- Eloïse? Tu peux me dire à quoi on reconnait une femme?
- Parce qu'elle a les cheveux longs, une robe et un visage de fille.

- Maintenant je vais te montrer une photo.

- C'est une fille.
- Comment tu le sais?
- Bah je sais pas... On voit que c'est une fille c'est tout...

Bon, donc ça ne la rend pas moins femme primo. Mais surtout ce qui m'énerve un tout petit peu...

DEPUIS QUAND TU DOIS DÉCIDER TOI, HOMME, DE CE QUI EST FEMININ ET CE QUI NE N'EST PAS?????? DE CE QUE DOIT PORTER UNE FEMME OU PAS??? Tu veux pas qu'on retourne au temps où on se faisait virer de la télé parce qu'on portait des pantalons???? Non mais pour qui te prends-tu????

Non je ne me sens pas mal parce qu'une femme se voile des pieds à la tête. Non. Par contre je me suis sentie mal, le jour où, en seconde ma copine Leïla m'a avoué porté le voile dans la cité parce que les filles musulmanes qui ne le portait pas, se faisait traiter de salope. 
Oui, j'ai eu mal quand des jeunes filles se sont retrouvé violée, bruler vive, parce qu'elle ne portait pas le voile ou allait à l'école. 
Oui, j'ai eu mal quand on a classé mon affaire à 8 ans, parce qu'on m'a dit qu'on le retrouverait jamais et qu'il n'y avait pas eu de viol (Une semaine après les faits).
 Oui j'ai  mal quand Madame Sauvage se retrouve en prison alors que personne n'est venu à son secours pendant 30 ans lorsque son mari la battait et violait ses filles, et qu'en plus de la prison ferme on lui inflige un "vous aviez les moyens de vous défendre et de défendre vos enfants". (et le connasse n'aurait pas été de trop...)

Visiblement, Monsieur vous êtes plus soucieux des atteintes à la féminité qu'aux atteintes faites aux femmes. Et ça, j'avoue que ça me rend assez dingue... Ne vous en faites pas, même avec un burkini, vous saurez toujours qui draguer lourdement pendant les réunions de l’ambassadeur!

ARGUMENT REJETÉ (et même que si je pouvais cracher dessus je le ferais)

IV Quatrième argument

 il a"constaté sur (ses) plages une augmentation du phénomène qui peut amener à créer certaines tensions"
 

Bon. J'ai sortie l'idée de burkini de ma tête et j'ai pris la situation inverse.

Imaginons.

Nous sommes sur une plage. Une trentaine de femmes bronzent seins nus sur la plage. Un groupe de personnes arrivent et se mettent à hurler:

"Rhabillez vous! Vous n'avez pas honte devant vos enfants! La nudité est interdite en France! Honte à vous".

On appelle les flics et là.... Les flics demandent gentiment aux jeunes femmes de bien vouloir remettre des une pièce ou de repartir, parce que les seins nus ça choque.

Non? Vraiment? Il n'y a pas un soucis?

Je ne comprends pas qu'on puisse punir les victimes d'agression en leur mettant sous le nez ce qu'elle risque de provoquer. Si vraiment, en me promenant en jupe je risque le viol, alors je vais me promener en burka... 



ARGUMENT REJETÉ 


Voilà... Donc au début, je pensais qu'on utilisait la loi à mauvais escient, mais je ne peux penser que des élus connaissent aussi mal la définition de la république et de la laïcité. Alors je pense que malheureusement certains élus, en quête de pouvoir, sont capables de surfer sur n'importe quel vague, même si elle est pleine de merde, pour les amener à bon port.

Alors je ne vous citerait que l'exemple de Churchill. En 1935, alors que personne n'osait s'opposer à la monté du nazisme et d'Hitler, dans un contexte de crise, le seul qui exprima haut et fort sont inquiétude fut Churchill. Ainsi alors que l'Angleterre refuse de se lancer dans la guerre Churchill s'écrit: "«Nous avons subi une défaite, sans guerre, dont les conséquences nous accompagneront loin sur notre route...»

Aujourd'hui, on se souvient de Churchill comme un héros, courageux et prêt à ne pas revenir dans la politique pour la dignité de son peuple.

Chers élus, il est temps d'avoir un peu de courage et de vous opposer à l'idéologie montante de votre électorat. Pour cela, c'est simple, il suffit de lui enseigner ce qu'est la démocratie, la laïcité et la liberté.

Il est temps de lui donner les armes pour se défendre contre la haine et l'exclusion et de cesser de garder ce savoir pour vous, comme un trésor. Votre pérennité, votre réélection dépendra non pas de leur manque de connaissance mais bien parce que vous les aurez traité en êtres adultes, responsable, égal à vous même, avec respect et dignité.

Pour les clampins comme moi, à travers cette histoire de burkinis, sachez juste qu'on vous prend pour des cons. On utilise votre manque de savoir pour vous monter contre des gens qui  ne sont pas là pour ça, et pendant ce temps là, on prépare des lois, pour mieux vous entuber.... Vous êtes les premières victimes de cette polémiques.

“Le courage est le prix de la dignité.” Paul Billon


 


mardi 26 juillet 2016

Chers chrétiens

Chers chrétiens,

Nous voilà ce soir, touchés par le terrorisme. Je vous entends ce soir parler de repli sur soi, de méfiance, de renforcement dans la foi. Et ce soir, j'ai peur.

Bien sur j'ai peur du terrorisme. Mais j'ai peur aussi de nos réactions de renfermement, de repli sur soi, de crainte de l'autre.

N'oublions pas que ce n'est pas la parole que Dieu nous a confiée. Ce Dieu d'amour, qui nous demande de pardonner, d'aimer son prochain, de le respecter et de le traiter en frère. Nous ne sommes pas si loin des valeurs de citoyenneté: Liberté, Égalité, Fraternité.

Alors, si l'on veut que nos valeurs gagnent, si l'on veut vivre dans un monde de paix et d'amour, si l'on veut que nos valeurs de "bisounours" , pensent certains,  gagnent, ce n'est, à mon sens qu'en ouvrant nos portes aux autres religions. Aujourd'hui, nous devons choisir notre camps, les résistants ou les intégristes.

Nous devons oublier les stigmatisations, les séparations entre croyants, non croyants, juifs, musulmans, catholiques. Nous devons plus que jamais accepter les divorcés, les homosexuels et les autres. Nous devons ouvrir nos portes et nos bras à ceux qui ne veulent pas nous égorger et agir ensemble, résister, penser et prier ce Dieu qui est le même pour tous.

Ouvrons nos bras, nos coeurs, nos bras, nos maisons aux musulmans du monde entier qui vont demain être stigmatisés car croyants comme nous. Victimes de ces fous qui prennent pour excuse la religion pour tuer. Condamnant leurs propres frères et soeurs à la haine et au rejet.

Soyons plus fort. Montrons l'exemple. Relevons nous. Soyons dignes du message du père Hamel, qui officiait avec des Imams et des Rabbins pour rapprocher les peuples. Ouvrons la porte des églises et faisons front ensemble face à la barbarie des âmes perdues.

Ne pensons pas que c'est une religion qui a attaqué une autre religion, mais que c'est un homme qui a tué un autre homme.

 Il faut maintenant dire au peuple de résister et tendre la main aux musulmans d'où qu'ils viennent. Ils faut expliquer à ceux qui ne le savent pas que le coran est un livre d'amour et d'ouverture d'esprit. Et que la liberté, concerne aussi la liberté de croire. Ce n'est pas la religion ou même Dieu qui tue, ce sont les hommes. Des hommes au service de la haine. Dieu est tout l'opposé.

Il nous revient cette mission d'expliquer au monde que les musulmans du monde entier sont des hommes et des femmes qui ne veulent pas notre mort mais notre épaule pour les soutenir aussi, dans ces moments difficiles.

Aimons-nous les uns les autres.




mercredi 20 juillet 2016

Bienvenu chez les Chtis...





Quand les chats ne sont pas là les souris dansent!!!

Éloïse étant en vacances chez ses grands parents, nous voilà en amoureux chez nous...

Chez nous???

"Dis donc chéri, le week-end du 14 juillet, tu crois vraiment qu'on va le passer à la maison??"

Ça, c'était mardi 11 juillet à 2h du matin quand chéri m'a réveillé pour chasser les moustiques.

"Oué, ok, on part où???
- Bah pas loin et pas cher.

En furetant sur le net, le moins cher étant Lille, nous voilà partis pour Le Nord.


Et vous voulez savoir?? Le nord pour un week-end en amoureux c'est top.

Bon. Ok. Tu vas me dire le désert de Gobi, Guantánamo, l'univers tout entier... du moment que tu as une chambre hein...

Mais bon.

Alors tenant compte de cet aspect des choses, on a décidé quand même de choisir une valeur sûre. Bon, nous la valeur sûre, quand on part dans un endroit qu'on ne connait pas c'est IBIS.

Généralement, on prend des" budgets", mais là il y avait une promotion au "ibis style" du Beffroi. Donc on s'est dit "Pour 10 euros de plus??? Banco".

10 euros amortis d'ailleurs à l'arrivée puisque les petits déj étaient offerts...

Ce que j'aime chez ibis ce sont les petites attentions. D'abord le personnel est toujours super aimable, super disponible.

Après, tu arrives dans la chambre, petite certes (surtout la salle de bain) mais c'est toujours très propre et fonctionnel. Des petits bonbons, une petite bouteille d'Evian t'attendent sur la tablette. Jolie vue sur le beffroi même si ça donne sur une rue passante. Mais la chambre est climatisée et les vitres insonorisées. J'ai bien aimé aussi le fait que dans la chambre, soit disposés des oreillers supplémentaires: moi qui dort avec des tonnes d'oreillers, c'était top.

J'adore aussi le thé et le café disponibles à tout heure: mon "trop mangé" du vendredi a bien supporté le thé vert à 23h.

Enfin pour finir, le petit dej (offert) est juste hypra copieux: jambon, fromages, fruits, jus, différents pains, yaourts, confitures nutella etc... Il y a de tout ou presque...

Point supplémentaire pour la machine à jus d'orange frais... Juste wahou...



Je précise que je n'ai pas été payée par Ibis en disant tout ça... C'est vraiment un coup de cœur pour cette chaine d’hôtel.

Bon. Une fois arrivés, on est allé faire un tour en ville. On a aimé les longues rues piétonnes (à 5 min à pieds de l’hôtel) du vieux Lille où progressivement, se succèdent boutiques de fringues, petits restos, vieilles boutiques traditionnelles. J'ai trouvé successivement un HetM pour m'acheter une robe que j'avais oubliée,  une chouette librairie où j'ai trouvé un bouquin que je voulais offrir et que je croyais n'être plus édité, quelques cafés qui vous font découvrir la bière et de jolies surprises à chaque coin de rues...







Bon c'était bien de se promener et de boire des bières mais c'est pas le tout: faut éponger....

Seulement, nous Lille on connait pas. Les pièges à touristes, on connait pas. Donc on ne sait pas où aller...

Au café sur la place je me tourne vers ma voisine.

"Excusez moi, mais nous ne sommes pas d'ici et je ne sais pas où aller manger..."
- Bah je ne suis pas d'ici non plus, mais mon collègue m'a emmené manger là, la dernière fois et c'était vachement bien".

Elle cherche dans son portefeuille et en sort ça:

26 r Lepelletier
59800 Lille
03 20 21 02 79

"C'est sympa, continue t-elle. On mange des plats du nord, la bière est plutôt bonne et c'est marrant il y a pleins de livres partout..."

Plats du nord- Bière- Livres
=
Combo gagnant

Donc on rentre à l’hôtel, et nous voilà en quête de ce fameux restaurant. Heureusement qu'elle nous a donné l'adresse parce que le resto se trouve au fond d'une cours. On n'aurait jamais pensé à y aller.

Bon quand on est arrivé, il y avait déjà du monde qui attendait dans la cour. Nous on était deux du coups, on n'a pas attendu... Mais si vous venez en groupe, vu qu'ils ne prennent pas les réservations, je vous le dis c'est vite blindé et l'attente semble assez longue!

Bon, bref. Donc on est rentrés, on a repris une bière...


Et on a regardé le menu.

Dans les spécialité il y avait la carbonnade et le welsh.

La carbonnade, ma mère en fait. C'est comme un boeuf bourguignon mais au lieu de cuire la viande dans le vin de bourgogne, on le fait cuire dans la bière du nord.

Oué. Les mêmes recettes avec les moyens du nord.

Bref. Je n'aime déjà pas le bœuf bourguignon ou le coq au vin, alors le bœuf à la bière....

Bon donc je veux découvrir le welsh. Je demande gentiment au beau serveur bien foutu (aux yeux bleus) ce que c'est (quoi? C'est pas parce qu'on a mangé qu'on ne peut pas regarder le menu hein...):

"Un welsh c'est un morceau de pain trempé dans la bière avec un morceau de jambon et recouvert de cherddar. C'est super bon."

Dans ma tête je vois ça:


+


+



=






 Va pour le welsh.

Bon chéri a choisi la carbonnade. Moi je vois que c'est servi avec des frites. Ok. ça va peut-être un petit peu lourd. En fait, quand j'ai vu arriver le welsh devant moi, je me suis aperçue qu'en fait non.


Ça allait être pire.



Bon, le pire, c'est que j'ai tout mangé.


Et je vais vous dire, en plus d'être excellent, gentil, et dans un super cadre, ils ont de très jolis toilettes.

Bon. Bien fait pour moi, à vouloir faire la maligne, je suis rentrée un peu malade. Quand la serveuse m'a proposé une deuxième cuillère, pour manger la crème brûlée que chéri a commandé, j'ai lâché un "Ah non, ça va pas être possible" qui a fait rire mes voisins de tables belges et fort sympathiques. Mais sincèrement c'était pas très cher et vraiment à tomber!! Et il y a du choix (mais si vous n'êtes pas un gros mangeur, laissez tomber le welsh).



Puis on est rentré, le thé d'Ibis a bien aidé à digérer, et on a dormi comme des bébés.... (oui parce que chez Ibis ils ont TOUJOURS de supers matelas)

En plus leurs tasses en cartons recyclés sont trop jolis....

Le lendemain, après le petit dej, tranquilou pilou, on a quitté l'hôtel et j'avais en tête de trainer chéri au palais des beaux arts. Mes copines Hélène et Sophie et même ma mère me l'ont tellement vendu que je ne pouvais pas éviter le truc.

Quand on est arrivé, l'expo en cours était l'histoire de l'art raconté par Titeuf. Alors s'il explique aussi bien que pour le zizi sexuel, autant te dire que je suis partante...




J'ai pourtant fait des études en arts de la scène avec pour option histoire de l'art.  Bah mon poulet j'ai appris un nombre de trucs incroyables!!!

D'abord parce que c'est malin.... Tout est expliqué avec des illustrations de Zep... Hyper pédagogue.

Intelligent: il y a plein de notices très drôle... Il faut juste s'attarder...


Des morceaux de génies, des réadaptation et des explications .... Bref... Je n'ai regretté qu'une chose: ne pas avoir emmené Éloïse pour cette visite géniale, pleine de surprises et  juste ... ouaaaah....





Bon c'est pas tout ça, mais après 3h dans le musée, il se faisait faim. 

On a d'abord opté pour un bistrot à coté du musée, le "ici" (10 Rue Inkermann, 59000, Lille, France) mais il était tard et il proposait du poisson et de la soupe de tomates. ça avait l'air à tomber, vraiment. Mais chéri avait très envie d'un hamburger maison... Du coup, on est juste restés pour boire une bière. Le serveur était passionnant, cultivé et très sympathique. Je garde cette adresse pour notre prochain voyage, parce que c'est sûr on va revenir, et que là ça avait l'air vraiment sympa et bon...

Le problème c'est qu'à 14h, à Lille les restos ne servent plus. Chéri a repéré un subway... puis, finalement on a trouvé un Big fernand.

Bon ok, c'est pas très Lillois, mais franchement, les gars sont sympas, on a bien mangé, et c'est fait maison. Donc bon. Bière et frites, ça nous a pas beaucoup changé... Mais c'était bon, j'aime bien ce resto.

3 Place de Béthune, 59000, Lille, France




Pour finir on a voulu voir la plage avant de partir voir des copains à Arras. Donc après conseil auprès d'une copinaute... On choisi la plage de gris-nez. Mais sur la route, on s'est aperçu que nos potes n’habitaient pas Arras mais Amiens, ce qui n'était pas vraiment la même direction. Donc on s'est dit "Bah la première plage qu'on trouve on s'arrête". 

La première plage qu'on a trouvé était Calais.

L'avantage, il n'y a personne.

Le point négatif: c'est moche.

Bon, l'eau était glaciale. Mais comme il faisait très beau j'ai lu au calme sur la plage, sans serviettes ni maillot de bain. Jusqu'au moment où une famille de 8 personnes a décidé de venir s'installer juste à coté de nous. Bah oué. Sinon, il se serait sentis un peu seuls.

Mais moi, j'aime ça la solitude.




Finalement, on est restés deux heures... Histoire de prolonger cet instant volé au temps... Si le livre vous inspire je vous laisse la critique en dessous... Pour le reste... 

Visitez Lille: c'est un peu bienvenu chez les chtis... Mais pas que....


 




lundi 27 juin 2016

Un homme à distance de Katherine Pancol

Amis lecteurs, amis passants, je te donne bien le bonjour.

Il est de ses romans qui ne vous laissent pas de marque indélébile.  Et pourtant, quand vous retombez dessus dans votre petite librairie, il vous laisse une petite once de nostalgie que vous ne vous expliquez pas.


Un homme à distance est de ces livres là... J'avoue avoir relue la quatrième de couverture quand il est revenu dans la library et pourtant, je me souvenais de cette sensation de bien-être quand je l'ai lu.

Oh, il n'y a pas de grande réflexion dans ce livre. C'est juste une histoire d'amour toute simple, mais à travers des lettres. Une histoire d'amour qui oblige les protagonistes à se dévoiler et à se révéler à l'autre.

 Il en ressort l'originalité de cette histoire d'amour et de papier. Comme un bon film à pop corn, un homme à distance vous régale de sa légèreté et de son amour des livres.

Dans quelques mois je ne me souviendrais pas plus du nom des personnages, de l'endroit où vit Kay, du prénom de l'amoureux. Mais je me souviendrais du plaisirs d'avoir lu ces quelques pages...

 La plage n'est pas loi et c'est le moment de se faire une pile à lire pour l'été... celui-ci est idéal pour la plage et le bien-être... Il n'y a pas de mal à se faire du bien....


mercredi 22 juin 2016

Saint Maur en poche 2016

C'était samedi dernier.

Ça faisait plusieurs année que je voulais y mettre les pieds mais passer la journée seule à 2h de chez moi, ne m'a jamais botté. Mais cette année, il y avait plusieurs auteurs que je voulais rencontrer: Katarina Biwald, Nathalie Hu et Jerôme Camut, Agnès Abeccassis, Aurélie Valogne ou Franck Thilliez...

J'ai due harponner toutes mes copines, et La mère Cane a fini par capituler...  

Mes rencontres avec Nathalie Hug, Jéôme Camut et Katarina Biwald ont eu lieu le matin, ce qui explique qu'elles ne sont pas sur la vidéo.

On a quand même réussi à faire une photo avec l'écrivaine suédoise





J'avoue avoir craquer pour cette dernière... Elle est simple, dispo, dôle et accessible. Les auteurs de W3 ne sont pas en reste. Ils répondent simplement à vos questions et ont un humour.... grinçant....

C'est la première fois, je crois que je participais à un salon. Et quelque chose m'a frappé. C'est dingue, ce que les livres, les styles ressemblent à leurs auteurs... Du coup je n'ai pas du tout envie de rencontrer Yann Moix ou Beigbeider....

Bref.

Ça vaut le coup de rencontrer ces auteurs, de discuter et de découvrir des âmes aù delà des mots. "Il faut écrire quand on a quelque chose à dire" disait l'auteur interviewé dans la vidéo.

Je crois après ce jour qu'il faut écrire aussi quand on a une bel âme. Parce qu'il y a beaucoup de soi dans un livre finalement...

Vous pourrez voir la suite de ma journée dans la vidéo...

On est un peu folle certes... Mais vous admettrez qu'on est drôle.... Et ça reflète bien l'esprit du salon...


lundi 20 juin 2016

Chère Safia Vendome

Chère Safia,

Je n'avais pas prévue de t'écrire ce matin. Moi aussi j'ai beaucoup de choses à faire, mais voilà hier soir je t'ai écoutée sur youtube.

Pour tout te dire, je ne regardais pas youtube avant. Je ne suis pas dans la classe d'âge. A 37 ans, je travaille, j'ai un enfant, je n'ai pas beaucoup de temps.

Puis une copine à qui je parlais de livres m'a conseillé de faire des vidéos sur youtube pour en parler aux autres. Je trouvais ça marrant, j'ai cherché des youtubers connus pour en connaitre les codes. C'était au moment de ta brouille avec Caroline, vous étiez partout, alors je t'ai regardé. Je t'ai trouvé fraiche, jolie, j'adore Barcelone, tu montrais de jolis paysage et les images étaient superbes alors je suis revenue...

J'ai regardé d'autres youtubers mais je t'ai gardé dans mes abonnements. Hier soir, entre dirty dancing et le foot, j'ai choisi Safia. Il y avait beaucoup de monde, et des questions que j'ai trouvé très ... jeunes...

Puis à un moment j'entends cette phrase "Non, je ne suis pas féministe. Je suis l'égale de l'homme, j'ai l'impression qu'être féministe c'est être au dessus de l'homme et j'ai pas envie".

Ça m'a un peu énervée, parce que beaucoup de gens pensent ça.  Mais le féminisme c'est bien penser que la femme doit être l'égale de l'homme et penser que le combat est gagné ça m'inquiète toujours un peu... attends ne pars pas, je voudrais juste de donner une autre image du féminisme: la mienne.



Mais j'ai vite oublié. Puis ce matin je me lève et je trouve ce texte sur facebook:

"A l’espèce d’empaffé de 45 balais qui, hier soir, m’a suivi pendant 20 minutes à vélo en me soutenant que c’était pas lui qui me harcelait, non non, c’était moi qui faisait du racolage : JE T’EMMERDE BIEN PROFOND ! Aux groupes de chiens galeux qui m’ont sifflé comme si j’étais du bétail ou regardé comme si j’étais de la viande : JE VOUS EMMERDE ÉGALEMENT ! A ce chauffeur de taxi qui à ouvert sa porte et m’a dit « Allez viens ma belle, j’te paye! » mais alors toi mais MANGE TES MORTS ! Aux X blaireaux qui ont insisté « Allez mais mademoiselle franchement t’es trop charmante/sexy/bonne/etc s’teuplai vas y donne moi ton numéro/viens prendre un verre/ tu veux pas m’suçer? » (WHAT THE FUCK ?!) ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE BIEN CORDIALEMENT ça vous détendra. Et à celles et ceux qui ne sont pas intervenus pour m’aider quand l’un d’entre ces joyeux connards à essayé de m’en coller une : vous êtes aussi minables que ces pauvres types. 
 
J’aimerai que tout le monde s’entende bien la dessus : je suis parfaitement en droit de venir tranquillement manger ma glace en bord de mer seule avec ma musique dans les oreilles sans avoir a subir les intrusions incessantes de 80 sacs a merde en manque de cul. Manger une glace n’est pas un appel au mâle, j’aime juste la pistache ! Le fait que je marche seule sur la promenade des anglais ne signifie pas que je suis en attente de quoi que ce soit de la part de qui que ce soit, ni que je dois quoi que ce soit à qui que ce soit, ou même que je propose quoi que ce soit à qui que ce soit ! Ça ne ne vous permet donc pas de venir me traiter comme de la merde : tenter sa chance, pas de soucis, mais quand la réponse est non CASSEZ VOUS ! Ma tenue (jean t-shirt basket) n’avait RIEN de provocant, et quand bien même j’aurai voulu me balader avec une mini jupe et un décolleté jusqu’au nombril : NON C’EST NON. Le mot NON sort de ma BOUCHE, pas de mes vêtements. Et il en va de mon cas comme de celui de n’importe quelle autre femme.

Alors je vois déjà venir les « ah mais si on peut plus draguer » ou les « oh mais tu devrais être flattée, c’est que tu dois être jolie ! » ou les « mais tu crois pas que t’en fais un peu trop là ? » :

NON.
 La drague, c’est un jeu de séduction entre deux personnes (ou plus hein, je vous juge pas) qui ont toutes les deux ENVIE de jouer. Quand un tocard persiste à essayer de trouver une faille alors que l’on a manifestement AUCUNE envie de jouer à ça avec lui : ce n’est pas de la drague, C’EST DU HARCÈLEMENT. Siffler une nana dans la rue, ça n’a rien de flatteur : c’est la réduire à l’état de bétail, c’est humiliant. C’est la réduire au simple attrait de son physique, au simple fait qu’elle possède une paire de nichons et un vagin, mais note à la gent masculine : NOUS NE SOMMES PAS DES VAGINS SUR PATTES. 

C’est un fait isolé sur Nice en général (heureusement) ça se limite a deux ou trois relous perdus dans leur vie sur une journée. Mais faut quand même reconnaitre qu’avec l’euro on à une sacré concentration de tocards. De tout âge/classe sociale/origine ethnique, c’est très cosmopolite les sociologues auraient une belle étude à faire, certains on même pas besoin d’avoir bu pour être casses couilles dis donc ! 

L’humanité me dégoute.

Je suis une jeune femme de 22 ans, et quand je suis seule dans la rue/dans le bus/dans un parking/etc.. , j'ai PEUR. Peur de me faire emmerder/suivre/insulter/frapper/violer... Je suis une femme de 22 ans, et J'AI PEUR. Quand cesserez-vous de trouvez cela normal ?!
dégoûtée.

Et j'ai pensé à toi.

Puis j'ai pensé à ma fille de 6 ans. 

Dés fois je la regarde et je me demande si un jour je vais devoir lui apprendre à se défendre face aux "relous", lui dire de se méfier des chauffeurs de taxi, de chercher du secours dans les magasins quand un mec la suit, d'oser demander de l'aide même si la situation, pour l'instant, ne parait pas "si dangereuse". Comme moi je l'ai fait. Comme moi je l'ai vécu. Et comme la plupart de mes copines l'ont vécu.

Mes copines n'enseignent pas cela à leurs garçons. Et tu vois, moi ça me fait chier d'avoir un peu plus peur que mes copines tous les jours, parce que j'ai une fille et pas un garçon. 

Tu vois, Safia, je suis féministe. Pas parce que je veux être supérieur à mon mec, loin de là...

Mais parce qu'un jour j'espère que ma fille aura une fille et qu'elle n'aura plus peur. Parce qu'un jour, son mari emmènera sa fille à l'école et que personne en lui dira "tu as de la chance".

Parce que dans son futur il n'y aura plus, 3 petites filles sur 10 en France qui seront touchées par le viol avant 12 ans.

Je n'ai plus envie de devoir répondre à une entretient d'embauche et de devoir me justifier sur mon désir d'enfant. Je n'ai plus envie de devoir réfléchir à la longueur de ma jupe, la hauteur de mes talons, quand j'emmène ma fille à l'école. 

Je voudrais pouvoir aller travailler quand mon mec prend un congé parentale sans qu'on trouve ça "curieux" ou "formidable". D'ailleurs je voudrais pouvoir choisir qui reste sans dire automatiquement "c'est moi" parce que je suis femme et qu'il y a toutes les chances pour que je gagne moins que mon mec...

Voilà, Safia. Je ne sais pas si tu liras ma lettre jusqu'au bout mais pense toujours que tu as de la chance, que tu es protégée, et que ça devrait être normale, pas une chance.

J'espère que tu ne m'en veux pas trop de t'avoir interpelée sur la place publique. Mais c'est justement parce que tu es belle, jeune, fraiche, que tu montres de jolies paysages, que tu peux alerter les filles sur ce genre de discours....

Je t'embrasse.

Continue ce que tu fais, aussi bien que tu le fais. Et de temps en temps, va voir ce que disait Olympe de Gouge.... Juste pour te souvenir que l'égalité, c'est un long chemin.

"Quelles que soient les barrières que l'on vous oppose, il est en votre pouvoir de vous en affranchir, vous n'avez qu'à le vouloir."
Olympe de Gouge

Les eaux troubles du mojitos

Amis lecteurs, amis passants, je vous donne bien le bonjour.

Il y a des livres qui cherchent à vous faire du bien.

Les livres de Philippe Delerm sont de ceux-là. Bien écrits, léchés, ils sont des livres à déguster comme ça de temps en temps. 



On n'est pas obligé des les lire d'un coup. Tu peux les lire un chapitre au pif un matin en te levant.
 Ce sont des livres de sagesse, de "joliesse".

Mais justement, ce sont des livres qui se dégustent. Ils ne se lisent pas comme les autres livres, je pense. On ne commence pas par la première page pour terminer à la dernière. Il se lit en picorant, juste pour se souvenir des petits bonheurs.

Ne vous précipitez pas sur les deux ouvrages, ça ne sert à rien.

Goutez, dégustez, passez à autre chose, et revenez y dans quelques années. Pour recommencez.